Advanced Search

Learn About The Holocaust

Special Collections

My Saved Research

Login

Register

Help

Skip to main content

Le génocide des Tutsi du Rwanda : impacts et impasses d'une expérience d'horreur et de stupeur dans le processus de survivance des rescapés / par Callixte Kabayiza

Publication | Library Call Number: DT450.435 .K33 2009

D'avril à juillet 1994, au Rwanda, un tout petit pays affectueusement surnommé le pays aux mille collines situé au coeur de l'Afrique où il fait le pont entre l'Afrique centrale et l'Afrique de l'est, un génocide a frappé la composante tutsie de la population. Pendant 100 jours, les victimes—les morts comme les survivants—ont vécu une expérience d'horreur indescriptible qui les a marquées à jamais. Ceux1 qui sont morts sont partis dépossédés de leur l'humanité, emportés par la brutalité des supplices infligés, emportant chagrin et incompréhensions inexprimés, privés de l'ultime geste de respect et d'amour offert dans des rituels funéraires rwandais réservés aux défunts. Les rescapés, qui sont restés en vie pour la seule raison que la mort n'a pas voulu d'eux2, ploient sous le lourd bagage des souffrances intolérables inscrites dans les plis et replis de leur être par le génocide. Peu de recherches ont été entreprises sur les séquelles psychotraumatiques du génocide des Tutsi du Rwanda (Bolton, 2001; Bolton, 2002; Dyregrov, Gupta, Gjestad, & Mukanoheli, 2000; Hagenimana, Hinton, Bird, Pollack, & Pitman, 2003; Pham, Weinstein, & Longman, 2004; Schaal, & Elbert, 2006), et, de celles qui ont été réalisées, deux seulement portent de manière indirecte sur la santé mentale de ceux qui étaient ciblés par le génocide, les rescapés (Hagenimana, Hinton, Bird, Pollack, & Pitman, 2003; Pham, Weinstein, & Longman, 2004). Depuis 2004, nous avons initié deux projets de recherche-action dans le but de cerner un peu plus clairement le genre de souffrance psychique liée au génocide et de dépister les facteurs aggravants et les éléments réparateurs des traumatismes des rescapés. Le premier projet s'est déroulé à Montréal auprès de groupes de parole de rescapés que nous avons contribué à mettre sur pied. L'autre projet consistait en des entretiens de recherche qualitatifs avec des orphelins et des veuves vivant sur les lieux du génocide au Rwanda. Ces deux recherches ont révélé que les rescapés portent en eux une grande détresse psychique, une souffrance immense enfouie dans le plus profond de leur vie, exacerbée par un certain nombre de facteurs perturbateurs dont le plus troublant est le voisinage immédiat des personnes qui ont cherché à les exterminer et qui ont tué les leurs de leurs propres mains ou qui les ont livrés aux bourreaux. Les recherches nous ont fait également découvrir que les rescapés qui peuvent compter sur des ressources intérieures solides et sur un soutien psycho-social sans faille sont ceux qui sont le mieux outillés pour affronter dans le quotidien les horreurs du génocide. Nos recherches nous ont aussi éveillé sur la nécessité d'user de prudence avant de transposer les critères diagnostiques de la psychiatrie occidentale aux réactions post-traumatiques des rescapés. En dernier ressort, les résultats nous ont inspiré deux nouveaux projets s'inscrivant dans la continuité de nos recherches: la conception d'un programme de prévention du iv suicide chez les orphelins rescapés vivant au Rwanda et la création d'un centre de recherche et d'intervention en santé mentale. 1Dans notre essai, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d'alléger le texte. 2Nous paraphrasons le titre d'un livre de Yolande Mukagasana, une rescapée du génocide.

Format
Book
Author/Creator
Kabayiza, Callixte, 1950-
Published
2009
Includes bibliographical references (p. 156-162)
Language
English
Expand all
 
Record last modified: 2018-05-25 09:44:00
This page: https://collections.ushmm.org/search/catalog/bib209184